Bilan culturel d’octobre : Bates Motel & Lakota Woman

Comme promis, en ce début de novembre, je te fais part de mon bilan culturel d’octobre. J’ai découvert de jolies choses durant ce mois, notamment dans la catégorie « livres ».

Bilan culturel d’octobre 2017

LIVRES

Bilan culturel Lakota woman

Lakota Woman, de Mary Crow Dog, 1990

On m’a offert ce livre il y a plusieurs années déjà, mais je n’avais pas particulièrement été tentée de le lire jusqu’à maintenant. Il s’agit de l’autobiographie de Mary Crow Dog, une amérindienne appartenant à la nation des Lakota (plus connue sous le nom de Sioux). Elle y décrit les conditions de vie au sein de sa réserve, touchée par l’alcoolisme, le chômage, le racisme… Cette femme est connue entre autre grâce à sa lutte dans les rangs de L’American Indian Movement, et également car elle a mis au monde son enfant lors du siège de Wounded Knee en 1973.

J’ai été très touchée par ce livre. Honnêtement, en terme de qualité d’écriture, je ne l’ai pas trouvé extraordinaire, et s’il avait été question d’un roman, j’aurais rapidement abandonné. Mais j’ai été fascinée par les faits que décrit l’auteur, car c’est finalement une partie de l’histoire que je connais assez peu. J’ai découvert ce que ce peuple a subi avec l’arrivé des Blancs : massacres, réduction de leur territoire, famine, acculturation forcée, pensionnat… Et ce qui m’a particulièrement troublée, c’est de constater que cela est toujours d’actualité.
Mary Crow Dog raconte tout cela, parle de sa quête pour renouer avec ses racines, sa culture, ses traditions, son identité culturelle. C’est un livre extrêmement intéressant que je conseille vivement.

****

Bilan culturel livre

Les deux messieurs de Bruxelles, de Eric-Emmanuel Schmitt, 2012

Il s’agit d’un recueil de cinq nouvelles, parlant d’amour, de la complexité des sentiments et des relations, des non-dits, des regrets…
J’ai aimé toutes les nouvelles mais j’ai été extrêmement touchée par la première, Les deux messieurs de Bruxelles.

Cette nouvelle raconte en parallèle l’histoire de deux couples, unis le même jour : un officiel, Geneviève et Eddy, marié à l’église devant leurs proches, l’autre clandestin formé par Laurent et Jean, qui s’unissent au cours de cette même cérémonie, en toute intimité et à l’abris des regards… Le couple d’hommes va au fil des années se sentir particulièrement lié à celui de Geneviève et Eddy, et s’impliquer dans leur vie sans que ceux-ci ne s’en aperçoivent. C’est un très beau texte, que j’ai trouvé bouleversant et superbement bien écrit. C’est un recueil très plaisant à lire.

****

Bilan culture Beedle le Barde

Les contes de Beedle le Barde, de J.K Rowling,2008

Cela faisait un moment que j’avais envie de les lire ! Grande fan de l’univers d’Harry Potter, j’ai dévoré en moins de deux heures ce recueil de contes, le plus célèbre étant Les reliques de la Mort. C’est plus fort que moi, les histoires de J.K Rowling m’emportent et me font rêver ! J’ai adoré les notes d’Albus Dumbledore, écrites comme si le Professeur lui-même avait analysé ces contes. Cela fait passer un bon moment, et nous ramène directement en enfance !

FILMS

Bilan culturel Blade Runner 2049

Blade Runner 2049, de Dennis Villeneuve, avec Ryan Gosling, Harrison Ford, 2017

J’en parlais dans mon bilan de septembre, j’aime énormément le travail de Denis Villeneuve et j’avais vraiment hâte de voir ce Blade Runner 2049. Je ne suis pas spécialement une inconditionnelle du Blade Runner de Ridley Scott. Je l’ai apprécié, il est innovant sur de nombreux points, mais je dois avouer que je m’ennuie un peu devant et que l’histoire ne me tient pas en haleine.

Mais même si l’on retrouve cet aspect contemplatif dans celui de Villeneuve, j’ai vraiment accroché. En effet, le dernier Blade Runner, bien qu’il ne soit pas une copie, respecte les codes de son prédécesseur. Mais il a selon moi quelque chose en plus (les puristes ne seront peut-être pas d’accord, mais tant pis !). Tout d’abord, j’ai trouvé la photographie tout simplement sublime. Ne serait-ce que sur le plan esthétique, il est à voir. J’ai aussi beaucoup aimé l’ambiance sonore, qui correspond vraiment à l’univers du réalisateur. Et enfin, bien que cela traîne un peu en longueur, l’histoire m’a beaucoup plus intriguée que dans le premier, et j’ai suivi le film avec intérêt. Ce n’est pas un réel coup de cœur, et je ne pense pas le revoir de sitôt, mais cela reste un bon film.

****

Bilan culturel

Les fils de l’homme, de Alfonso Cuarón, avec Clive Owen, Julianne Moore, 2006

Alfonso Cuarón est un réalisateur mexicain que j’aime énormément et qui est souvent associé à Alejandro González Iñárritu et Guillermo Del Toro (que j’aime tout autant !). Les fils de l’homme (adapté d’un roman) met en scène une société futuriste où les êtres humains sont devenus incapables de se reproduire, la plus jeune personne ayant alors 18 ans. Mais une femme tombe enceinte et Théo, interprété par Clive Owen, va être chargé de la protéger.

Le film est assez terrifiant dans le sens où il est extrêmement réaliste. On y voit des populations immigrées qui sont traquées, des groupes rebelles usant de violence… Cela fait écho à certaines de nos problématiques actuelles. L’atmosphère est pesant, les villes sont sales, démolies, sombres. C’est une vision du futur qui fait froid dans le dos mais qui fait réfléchir. Enfin, la réalisation est excellente. Certains plans-séquences semblent durer une éternité et nous plongent aisément dans ce chaos.

****

Bilan culturel cinéma

Every Thing Will Be Fine,  de Wim Wenders, avec James Franco, Charlotte Gainsbourg, 2015

La bande-annonce de ce film m’a toujours attirée et j’ai enfin eu l’occasion de le voir. J’ai trouvé l’histoire touchante, les personnages complexes et intéressants. Cela parle de culpabilité, de pardon, de réconciliation. Je l’ai trouvé très beau visuellement, lumineux.
Le film raconte l’histoire de Tomas, un écrivain en mal d’inspiration, qui tue accidentellement un enfant sur la route. Cet événement va dans un premier temps le faire totalement sombrer. Mais petit à petit, il se reconstruit et cet épisode de sa vie va finalement lui permettre d’écrire à nouveau.

Il y a trois personnages féminins qui gravitent autour de lui, et j’ai trouvé les relations qu’il entretenait avec elles très touchantes, notamment celle avec la mère du petit garçon, jouée par Charlotte Gainsbourg.
Cependant, je me suis parfois ennuyée. Certains passages m’ont paru inutiles et sans rapport avec l’intrigue. C’est un beau film, que je suis contente d’avoir vu, mais je pense qu’il ne me marquera pas particulièrement.

SERIE

Bilan culturel octobre 2017

Bates Motel, avec Vera Farminga, Freedie Highmore

On n’avait conseillé cette série à de nombreuses reprises, je me suis alors décidée à la regarder. Eh bien c’est un vrai coup de cœur ! Nous avons regardé les deux premières saisons en à peine deux weekends !
Dans un premier temps, j’ai été un peu surprise par la réalisation et le déroulement qui je trouve, donnent un résultat un peu kitsch. Mais une fois que j’ai mis cette impression de côté, je suis complètement rentrée dans l’histoire. La série est un prequel contemporain du film Psychose, où l’on suit l’adolescence de Norman Bates et sa relation avec sa mère. Freddie Highmore, qui interprète Norman est vraiment excellent. Même si pour le moment, l’intrigue n’est pas en lien direct avec l’histoire de Psychose, elle est bourrée de petites références au film. J’ai hâte de continuer les prochaines saisons, et cela m’a également donné envie de revoir le film d’Hitchcock, que je n’ai pas vu depuis des années.

CONCERT

Le 12 octobre je suis allée, pour la deuxième fois cette année, voir Ásgeir en concert. C’est un artiste islandais que j’aime beaucoup (et oui, avouons le, dont je suis un peu amoureuse !). Il a sorti deux albums jusqu’à présent, et j’ai une nette préférence pour le premier, surtout dans sa version islandaise. Sa voix se rapproche parfois de celle du chanteur de Bon Iver, le style est à la fois folk, pop et même un peu electro. Lui et son groupe sont vraiment bons en live.
On dit souvent jamais deux sans trois, alors je retourne le voir en novembre à Caen, dans le cadre du festival Les Boréales (tu vois, je te l’avais dit que j’étais un peu accro !).
Voici un de mes morceaux favoris, en acoustique et en version islandaise.

Et toi, tu as eu des coups de cœur culturels ce mois-ci ?

0

Cela peut t'intéresser

4 commentaires sur “Bilan culturel d’octobre : Bates Motel & Lakota Woman

  1. J’ai vu Les Fils de l’Homme ce mois-ci, j’ai beaucoup aimé, mais très anxiogène… J’étais pas bien après, tellement pas bien.
    Alala Beedle le Barde ♥

    1. Je comprends ton ressenti, c’est vrai que l’atmosphère est vraiment pesant. Je t’avoue qu’après l’avoir visionné, j’y ai repensé pendant quelques jours …
      Hihi oui, c’est mon petit coup de cœur du mois !!

  2. Hello Nastasia,
    Autant être honnête : je ne connais rien de ce que tu as développé dans ton article ! Je me rends compte que je ne lis plus beaucoup, et que ne regarde souvent les mêmes films.. quand à la musique j’ai des goûts très précis et je ne prends plus le temps d’en écouter, certainement car je suis constamment en train de faire 15 choses à la fois..!
    S’il y a une série que j’ai beaucoup aimé ces derniers temps, il s’agit de How to get away with murder (Murder en français). C’est un peu tiré par les cheveux mais j’aime beaucoup.
    À bientôt,
    Claire

    1. C’est aussi à ça que sert l’article, à découvrir et faire découvrir !
      Oui j’ai connu cette période aussi, où je courais un peu partout et n’avais pas le temps d’explorer les nouveautés. Il y a des périodes où l’on lit plus que d’autres. Les livres audio peuvent être une bonne alternative, ça permet d’écouter l’histoire mais de faire autre chose en même temps 🙂
      Ah je ne connais pas du tout Murder. Tant pis si c’est un peu tiré par les cheveux ! Cela fait aussi du bien parfois de se mettre devant quelque chose de divertissant, où l’on n’a pas trop à réfléchir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *