Végétarien, végétalien, végan… C’est quoi la différence ?

Végétarien, végétalien, veggie, vegan… Ce n’est pas toujours simple de s’y retrouver.
Même si ce ne sont que des mots, il est important de les connaitre et de savoir les utiliser. Quitte à défendre une cause, autant le faire avec les termes appropriés !

Voici un petit lexique, reprenant les définitions principales, telles que moi je les comprends et les utilise.

Végétarien, végétalien, végan…

Botte de betteraves rouges

Végétarisme, être végétarien(ne) : cela signifie que l’on choisi de ne plus consommer de chair animale. On arrête donc de manger de la viande provenant des animaux terrestres et marins (bovins, volailles, poissons, crustacés, mollusques…) et les sous-produits d’animaux comme la présure, la gélatine, les œufs de poissons… En résumé, tout ce qui nécessite l’abattage d’un animal, quel qu’il soit.
On peut distinguer différents types de végétarisme :
L’ovo-végétarien mange des œufs, mais exclut les produits laitiers.Le lacto-végétarien  consomme des produits laitiers mais exclut les œufs.
Le lacto-ovo-végétarien est végétarien tout en continuant de consommer des œufs et des produits laitiers.

Végétalisme, être végétalien(ne) : tout comme le végétarien, le végétalien ne mange plus de chair animale, ni ce qui vient de l’animal en général. Cela inclut donc le lait animal (vache, chèvre, brebis…) et ses dérivés (beurre, crème, yaourts…), les œufs, le miel…

Pescétarisme, être pescétarien(ne) : c’est le fait de ne pas manger de viande, mais de continuer de manger du poisson et des crustacés.

Être flexitarien(ne), flexitalien(ne): un flexi adopte un régime végé, mais de temps à autre va manger de la viande, du poisson, du fromage… Il peut aussi tout simplement s’agir d’une personne qui souhaite réduire sa consommation de produits d’origine animale sans les supprimer totalement de son alimentation.

Veggie, c’est un un mot anglais qui va plutôt définir la communauté que forment les végétariens, végétaliens, les flexi et les végans.

Un mode de vie et de pensée

Le véganisme, être végan(e) : ce terme vient aussi de l’anglais « vegan ». Le véganisme, ce n’est pas un régime alimentaire en soi, c’est un mode de vie et une façon de penser. Une personne végane refuse l’exploitation et la souffrance animale, dans tous les domaines confondus.
Un végan adopte généralement un des régimes alimentaires cités ci-dessus, très souvent le végétalisme, mais fait également attention à ses activités, ses loisirs, ses achats… de façon à ce que ces derniers n’impliquent pas de souffrance animale.
Par exemple, refuser d’aller au zoo ou dans un cirque, ne pas porter de cuir, de laine, de soie, de fourrure, utiliser du maquillage, des cosmétiques et des produits ménagers dits végans et cruelty-free, c’est à dire des produits composés d’aucun ingrédient d’origine animale ni tester sur les animaux…

Il s’agit de respecter l’animal et de ne pas le considérer un objet, une marchandise, un divertissement, mais comme un être vivant à part entière.

Jeune tigre attaché

L’antispécisme : Ce concept repose sur le même principe que l’antiracisme par exemple, c’est-à-dire, ne pas faire de différences en fonction des origines ethniques d’une personne, et accepter le fait qu’elle a autant de valeur qu’une autre.
C’est le fait de penser que notre condition d’être humain n’est en rien supérieure à la condition d’un animal. D’autre part, il s’agit de ne pas faire de discrimination entre les différentes espèces d’animaux. De cette façon, la vie d’un cochon n’a pas moins de valeur que celle d’un chien ou d’un chat.

Il y a également  les welfaristes qui militent pour de meilleures conditions de vie et d’élevage des animaux et leur bien-être (d’où le nom, « welfare », qui signifie « bien-être » en anglais), mais ne remettent pas forcément en cause l’élevage en lui-même ni le fait de consommer de la chair animale.
Ils sont en opposition avec les abolitionnistes, qui eux ne tolèrent pas ces pratiques envers les animaux et estiment qu’elles ne doivent pas être améliorées, mais tout simplement abolies.

Famille de moutons

 

Il existe encore beaucoup d’autres termes et de façon de voir les choses !
Bien que la plupart de ces personnes s’accorde sur l’idée de respecter les animaux, il y a bon nombre de désaccord entre tous ces groupes. D’autant que chacun peut choisir d’adopter ces modes d’alimentation et de pensées pour des raisons éthiques, environnementales, sociales, politiques…

J’espère en tout cas que ces quelques définitions t’auront permis d’y voir un peu plus clair !

0

Laisser un commentaire